Exposition: Tous à la plage

L’exposition dresse un panorama de l’histoire des villes balnéaires en France, au regard des pratiques européennes, du 18ème siècle à nos jours.
Des premiers bains de mer pratiqués à des fins curatives aux constructions de villas, d’hôtels, et d’hébergements de vacances pour le grand public au fil des siècles, l’exposition retrace la conquête progressive des bords de mer à travers des reproductions d’affiches anciennes, de photographies, etc…
Clichés anciens, caricatures, chefs d’oeuvres du film comique illustrent les affres des bains thérapeutiques, les mondanités des promeneurs, l’émerveillement des enfants et des familles à la mer, un engouement croissant pour le littoral, ou encore les plagistes au soleil.
Des plans et études techniques portent à la fois sur les villas balnéaires, les casinos, les grands hôtels, ainsi que sur les premières cabines de bains, les projets de jetées, les habitats modulaires légers, et bien sûr sur les grands aménagements du littoral. Des affiches illustrent le rôle des compagnies de chemin de fer et les « trains de plaisir » à destination des stations.
Autour des trois grands thèmes principaux de l’exposition « inventer la villégiature »,  « l’essor des grandes vacances à la mer » et « quelles villes balnéaires pour demain ? », de nombreuses illustrations relatent l’évolution des pratiques balnéaires à La Rochelle.

Du 01/07/2018 au 31/12/2019.

Debussy à la plage

« En août 1911, Debussy s’installe avec sa famille sur la plage normande de Houlgate. Pendant un mois, le musicien subit le monde trivial des casinos et des hôtels de luxe, des bains de mer et des fêtes enfantines. »

Pour mener à bien cette enquête, Rémy Campos a puisé dans la collection de photographies de Debussy, ainsi que les lettres familiales… Autant dire que c’est un joli contrepoint à la lecture contemporaine de Proust : « je ne fais exactement rien, non par paresse mais par impossibilité de pouvoir penser en ce caravansérail » ; « nous devons avouer qu’à la fin de cette villégiature nous ne savons pas pourquoi nous sommes venus »…

Une exposition est en cours à Saint-Germain-en-Laye (https://musee-archeologienationale.fr/actualite/debussy-la-plage). Voir une courte vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=N6NRpQOGDRc

download

Comment sont « nées » les plages… à La Rochelle

Le « Plan administratif de la ville et banlieue de La Rochelle », dressé en 1865 par Th.Roux (et disponible sur le site de la Bibliothèque Nationale de France : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53030146v), offre un détail remarquable sur les premières plages de La Rochelle.

Sans titreCapture d_écran 2018-05-30 à 18.35.53

On peut y voir, hors des remparts, trois mentions de bains : au centre, les bains Marie-Thérèse (les premiers, fondés en 1827, par la constitution de la société anonyme des bains de mer, composée de 97 actionnaires), à gauche, les bains Richelieu, anciennement bains Jaguenaud, fondés en 1847, et à droite, les bains publics. Un chemin, passant par la porte des deux moulins permet de franchir l’enceinte, qui enserre encore la ville, et de rejoindre le Mail, également aménagé pour offrir un espace de promenade élégant aux abords de la ville.

L’ensemble, pensé entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle, impose un système de balnéarisation à trois niveaux : le chemin et le Mail ; les plages et l’aménagement des bains; et entre les deux, le jardin à l’anglaise. A noter que cette première « balnéarisation » s’est donc faite hors de la ville emmurée.

Lorsque cette carte est dessinée, il est encore trop tôt pour signaler, à proximité du Mail, les Bains Louise, qui ouvriront leurs portes aux femmes de la classe ouvrière en 1870. En revanche, un établissement plus modeste, les Bains Guillemet, existait déjà depuis 1860, en pleine ville, rue Fleuriau.

Ci-dessous, quelques illustrations des bains et de la promenade du Mail :

n1cMSaujFVMq_UuIIvL5bqYn01c
Anciennement Bains Jaguenaud – Neurdein, frères – vers 1875 © http://yveslebrec.blogg.org/la-rochelle-par-les-freres-neurdein-a127078262
dd4b1b30-be15-4c27-88d7-dd580259fe62
Les bains Jaguenaud – lithographie d’Adolphe d’Hatsrel (1847) © http://www.alienor.org/collections-des-musees/fiche-objet-110569-paysage-les-bains-jagueneaud

Bains_de_mer_Richelieu_La_[...]_btv1b9013092r

Il reste aujourd’hui encore quelques vestiges que l’on peut voir à marée basse :

IMG_1967
Vestige des bains Richelieu © L. Vidal (2018)

Les bains Marie-Thérèse ont également été lithographiés par Adolphe d’Hastrel – qui (pour l’anecdote)a voyagé au Brésil et réalisé de belles gravures de la ville de Rio de Janeiro.

961b96ef-bbb9-4a5c-bf8d-800694861dbd
Bains de mer Marie-Thérèse – lithographie d’A. d’Hastrel (1845) © http://www.alienor.org/collections-des-musees/fiche-objet-109417-paysage-les-bains-de-mer

Et voici ce qu’il en reste aujourd’hui :

IMG_1970
Ruines des aménagements des bains de mer Marie-Thérèse © L. Vidal (2018)

Aux abords des bains de mer, un parc à l’anglaise, avec un kiosque à musique (à la mode chinoise) et le pavillon Fleuriau (du nom de Fleuriau de Bellevue, l’un des actionnaires de la société anonyme, qui l’avait fait construire à ses frais pour agrémenter les promenades des curistes dans le parc, et dont la fortune vient des plantations de sucre de Saint-Domingue, et de la main d’œuvre esclave).

LR-bains-de-mer
Vue de La Rochelle depuis les Bains Marie-Thérèse
Oeuvre de Auguste Alexandre Abel de PUJOL (fils), 1851 © http://www.revue-arcades.fr/vue-de-rochelle-bains-marie-therese/

Les Bains Richelieu ont disparu en 1897. Les bains Marie-Thérèse sont rachetés par la ville en 1902 qui y apporte diverses améliorations comme la construction d’une salle de spectacle. Entre-temps, l’usage du bain de mer s’est modifié et le plaisir de la baignade popularisé. Pour y faire face, La Rochelle n’a qu’une plage très modeste dite de La Concurrence en référence aux Bains Marie-Thérèse. En 1907, la ville y entreprend des travaux conséquents. Elle agrandit la plage, installe des cabines neuves et fait construire un café, la Pergola. Une vaste jetée promenade s’ouvre désormais jusqu’au casino du Mail (http://www.lagenette.org/la-genette-racontee/206-les-bains-marie-therese).

 

larochelle22larochelle41

Au début du XXe siècle, les activités de plage ont pris une telle ampleur qu’il a fallu réglementer les usages, à l’exemple de cet arrêté de 1934 :

arreteplage

Peut-être était-ce une réaction à l’apparition de véritables naïades, comme en témoigne cette carte postale des années 1920 (toutefois, si l’on fait une rapide recherche à partir de l’image, on se rend compte que plusieurs villes ont utilisé cette photo d’une baigneuse aux formes généreuses – Calais…).

baigneuse