Balnéomar – dossier Confins (n°39)

La revue franco-brésilienne de géographie Confins a publié dans dans son n°39 notre dossier Balnéomar : voici la liste des 10 articles ci-dessous, et le lien pour le numéro : https://journals.openedition.org/confins/17154

Dossier Balneomar (Sous la direction de Laurent Vidal et Paulo Cesar da Costa Gomes)

Copa Cabana 1912

Copa Cabana… écrit en deux mots sur une carte postale du début des années 1910.

copacabana-a

Rappelons que le toponyme Copacabana n’est pas originaire du Brésil, mais des Andes. Jusqu’au XVIIIe siècle cette région de Rio de Janeiro, située face à l’océan, est encore dénommée Sacopenapã, qui signifie (en langue Tupi) “le bruit du battement des ailes de l’oiseau”. Au XVIIIe siècle, après la construction d’une chapelle en hommage à Nossa Senhora de Copacabana (en référence à une ville de Bolivie, située sur les rives du lac Titicaca – en quechua le mot signifie signifie : « en regardant le lac »), le quartier commence à prendre le nom de Copacabana.

Sur cette carte postale, on devine encore au pied de ce qui était le morne d’Inhangá, rasé après 1906 (date du début de l’aménagement de Copacabana en quartier balnéaire), de petites maisons en bois sur pilotis, posées au coeur des dunes et habitées par des populations noires – c’est apparemment pour cela que Roland a choisi cette carte, car il s’agit comme il l’écrit d’ « une maison disparue ».

D’où l’importance de la photo reproduite sur cette carte postale : à la différence des autres de la même époque qui montrent plutôt l’aménagement et la modernité de ce quartier (cf. photos de Ribeiro et de Malta), celle-ci témoigne au contraire d’un monde en voie de disparition.

imagem.jpg007A5P4F1-21.jpg

Pour les lecteurs français, pour plus d’informations sur Copacabana, voir l’article d’Hervé Théry : https://braises.hypotheses.org/1303#_ftnref5

“Balnéaire” : dialogue impromptu avec Gallica

Le hasard parfois peut nous réserver de belles surprises. Me voici sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF. Je tape le mot-clé « balnéaire » et j’apprends qu’il y a 9045 références – autant dire qu’il y a peu de chances que je les consulte en totalité. Mais rien n’empêche de surfer : et voici que je tombe sur une photographie intitulée : « Exposition internationale des arts et techniques, Paris 1937 : maquette d’une station balnéaire »

[Exposition_internationale_des_arts_et_[...]_btv1b9082739d

À la vue de cette immense cité, s’impose la présence rectiligne d’un imposant immeuble face à la mer, sensation que des jetées, s’avançant à intervalles réguliers dans la mer, viennent à peine atténuer. À l’arrière un vaste parc végétal et au centre, une place rectangulaire.

Etonnante maquette ! et qui me laisse sur ma faim, car la notice explicative est pour le moins restreinte.

Je tente donc Google – « exposition internationale des arts et techniques, Paris 1937 : station balnéaire ». Cela ne donne rien, ou plutôt si : « station balnéaire » est d’emblée supprimé. Autant dire que ce n’est pas pertinent. Cette exposition des « Arts et des Techniques appliqués à la Vie moderne » s’est tenue à Paris du 25 mai au 25 novembre 1937, et a notamment présenté le fameux « Pavillon des temps nouveaux » organisé par Le Corbusier et son frère Pierre Janneret. Mais au-delà, rien qui n’évoque cette maquette de station balnéaire.

De recherche en recherche, j’en arrive à taper : « projet cité balnéaire 1937 », et là je tombe sur la cité balnéaire Prora (http://cargocollective.com/arewearchi/filter/histoire/CITE-BALNEAIRE-PRORA) :

« Parmi les plus ambitieux projets de construction du Troisième Reich furent les cinq complexes prévues de station balnéaire de la Kraft durch Freude (KdF – Strength Through Joy) une association de travailleurs, une partie du Front Deutsche Arbeits (DAF) sous la direction du Dr Robert Ley. En collaboration avec les navires de croisière KdF, ces stations balnéaires étaient été destinées à proposer des vacances abordables pour le travailleur moyen allemand. Bien que cinq stations de ce type furent prévus, un seul a commencé, sur la côte est de l’île de la mer Baltique de Rügen, sur la plage de Prora. »

Un plan permet même de voir l’évolution de cette station construite entre 1936 et 1939.

Plan_Prora_1945+2009-1

En lisant l’article on apprend que « La station Prora prévoyait deux complexes – Nord et Sud – chacun composé de quatre blocs de dix logements, offrant des salles pour 20.000 vacanciers. Dessiné par Clemens Klotz, chaque chambre devait donner sur l’océan. Chacune de 5 mètres sur 2,5 devait compter deux lits, une armoire ou un placard, et un évier. Entre les deux complexes, les bâtiments administratifs et un assemblage de grande place publique avaient été dessiné. »

proraruegen2DB38proraruegen4DB38

Mais le plus intéressant est la remarque suivante : « L’exposition universelle de Paris en 1937, a reconnu la qualité de l’ensemble des plans pour le Prora en lui décernant le Grand Prix de l’Architecture. » Les régimes autoritaires exercent toujours une fascination chez certains architectes… comme Le Corbusier (je vous renvoie à l’excellente biographie de François Chaslin, Un Corbusier, Paris, Seuil, 2015).

Un autre article, cette fois de la revue franco-russe Méthodes (http://www.revuemethode.org/sf091618.html) est assez critique : « Cet alignement sans fin, massif, répétitif, industriel, austère dans lequel tout retrait dans une sphère privée est quasi impossible et structuré autour d’une salle des fêtes conçue pour accueillir des manifestations de masse, crée une sorte de violence structurelle que n’adoucit pas la proximité de la Baltique. »

sf091618-8

De recherche en recherche, je tombe sur l’article de Valter Balducci, « Tourisme et ville moderne. Les centres pour la villégiature en Italie (1930-1943) » (https://rta.hypotheses.org/articles/valter-balducci), où l’on découvre que l’Italie fasciste avait commencé dès le milieu des années 1920 à réfléchir à l’aménagement de cités balnéaires : « le tourisme est un élément central de la politique du régime fasciste. Le contrôle du temps libre constitue un outil de transmission de ses valeurs idéologiques, et en même temps l’aménagement des lieux pour les touristes constitue un banc d’essai pour les hypothèses sur la ville et l’urbanisme fascistes. » On trouve notamment ce projet de Giuseppe Vaccaro pour une station balnéaire, contemporain du projet de Prora : « La ville panoramique sur la mer (pour station balnéaire) », 1936-37, dans Domus, n°113, 1937, p. 31

6_Vaccaro

Il est temps de refermer l’ordinateur ! Non sans avoir fait un petit clin d’œil àCarlo Ginzburg et sa « conversation avec Orion » (nom du catalogue de la bibliothèque de UCLA –  Ginzburg Carlo, « Conversation avec Orion », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2006/2 (N° 82), p. 129-132. URL : https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2006-2-page-129.htm)

 

 

 

 

 

Exposition: Tous à la plage

L’exposition dresse un panorama de l’histoire des villes balnéaires en France, au regard des pratiques européennes, du 18ème siècle à nos jours.
Des premiers bains de mer pratiqués à des fins curatives aux constructions de villas, d’hôtels, et d’hébergements de vacances pour le grand public au fil des siècles, l’exposition retrace la conquête progressive des bords de mer à travers des reproductions d’affiches anciennes, de photographies, etc…
Clichés anciens, caricatures, chefs d’oeuvres du film comique illustrent les affres des bains thérapeutiques, les mondanités des promeneurs, l’émerveillement des enfants et des familles à la mer, un engouement croissant pour le littoral, ou encore les plagistes au soleil.
Des plans et études techniques portent à la fois sur les villas balnéaires, les casinos, les grands hôtels, ainsi que sur les premières cabines de bains, les projets de jetées, les habitats modulaires légers, et bien sûr sur les grands aménagements du littoral. Des affiches illustrent le rôle des compagnies de chemin de fer et les « trains de plaisir » à destination des stations.
Autour des trois grands thèmes principaux de l’exposition « inventer la villégiature »,  « l’essor des grandes vacances à la mer » et « quelles villes balnéaires pour demain ? », de nombreuses illustrations relatent l’évolution des pratiques balnéaires à La Rochelle.

Du 01/07/2018 au 31/12/2019.

Comment sont « nées » les plages… à La Rochelle

Le « Plan administratif de la ville et banlieue de La Rochelle », dressé en 1865 par Th.Roux (et disponible sur le site de la Bibliothèque Nationale de France : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53030146v), offre un détail remarquable sur les premières plages de La Rochelle.

Sans titreCapture d_écran 2018-05-30 à 18.35.53

On peut y voir, hors des remparts, trois mentions de bains : au centre, les bains Marie-Thérèse (les premiers, fondés en 1827, par la constitution de la société anonyme des bains de mer, composée de 97 actionnaires), à gauche, les bains Richelieu, anciennement bains Jaguenaud, fondés en 1847, et à droite, les bains publics. Un chemin, passant par la porte des deux moulins permet de franchir l’enceinte, qui enserre encore la ville, et de rejoindre le Mail, également aménagé pour offrir un espace de promenade élégant aux abords de la ville.

L’ensemble, pensé entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle, impose un système de balnéarisation à trois niveaux : le chemin et le Mail ; les plages et l’aménagement des bains; et entre les deux, le jardin à l’anglaise. A noter que cette première « balnéarisation » s’est donc faite hors de la ville emmurée.

Lorsque cette carte est dessinée, il est encore trop tôt pour signaler, à proximité du Mail, les Bains Louise, qui ouvriront leurs portes aux femmes de la classe ouvrière en 1870. En revanche, un établissement plus modeste, les Bains Guillemet, existait déjà depuis 1860, en pleine ville, rue Fleuriau.

Ci-dessous, quelques illustrations des bains et de la promenade du Mail :

n1cMSaujFVMq_UuIIvL5bqYn01c
Anciennement Bains Jaguenaud – Neurdein, frères – vers 1875 © http://yveslebrec.blogg.org/la-rochelle-par-les-freres-neurdein-a127078262
dd4b1b30-be15-4c27-88d7-dd580259fe62
Les bains Jaguenaud – lithographie d’Adolphe d’Hatsrel (1847) © http://www.alienor.org/collections-des-musees/fiche-objet-110569-paysage-les-bains-jagueneaud

Bains_de_mer_Richelieu_La_[...]_btv1b9013092r

Il reste aujourd’hui encore quelques vestiges que l’on peut voir à marée basse :

IMG_1967
Vestige des bains Richelieu © L. Vidal (2018)

Les bains Marie-Thérèse ont également été lithographiés par Adolphe d’Hastrel – qui (pour l’anecdote)a voyagé au Brésil et réalisé de belles gravures de la ville de Rio de Janeiro.

961b96ef-bbb9-4a5c-bf8d-800694861dbd
Bains de mer Marie-Thérèse – lithographie d’A. d’Hastrel (1845) © http://www.alienor.org/collections-des-musees/fiche-objet-109417-paysage-les-bains-de-mer

Et voici ce qu’il en reste aujourd’hui :

IMG_1970
Ruines des aménagements des bains de mer Marie-Thérèse © L. Vidal (2018)

Aux abords des bains de mer, un parc à l’anglaise, avec un kiosque à musique (à la mode chinoise) et le pavillon Fleuriau (du nom de Fleuriau de Bellevue, l’un des actionnaires de la société anonyme, qui l’avait fait construire à ses frais pour agrémenter les promenades des curistes dans le parc, et dont la fortune vient des plantations de sucre de Saint-Domingue, et de la main d’œuvre esclave).

LR-bains-de-mer
Vue de La Rochelle depuis les Bains Marie-Thérèse
Oeuvre de Auguste Alexandre Abel de PUJOL (fils), 1851 © http://www.revue-arcades.fr/vue-de-rochelle-bains-marie-therese/

Les Bains Richelieu ont disparu en 1897. Les bains Marie-Thérèse sont rachetés par la ville en 1902 qui y apporte diverses améliorations comme la construction d’une salle de spectacle. Entre-temps, l’usage du bain de mer s’est modifié et le plaisir de la baignade popularisé. Pour y faire face, La Rochelle n’a qu’une plage très modeste dite de La Concurrence en référence aux Bains Marie-Thérèse. En 1907, la ville y entreprend des travaux conséquents. Elle agrandit la plage, installe des cabines neuves et fait construire un café, la Pergola. Une vaste jetée promenade s’ouvre désormais jusqu’au casino du Mail (http://www.lagenette.org/la-genette-racontee/206-les-bains-marie-therese).

 

larochelle22larochelle41

Au début du XXe siècle, les activités de plage ont pris une telle ampleur qu’il a fallu réglementer les usages, à l’exemple de cet arrêté de 1934 :

arreteplage

Peut-être était-ce une réaction à l’apparition de véritables naïades, comme en témoigne cette carte postale des années 1920 (toutefois, si l’on fait une rapide recherche à partir de l’image, on se rend compte que plusieurs villes ont utilisé cette photo d’une baigneuse aux formes généreuses – Calais…).

baigneuse